Colorer son poulailler : La diversité chez la Couvée Colorée

17 mars 2021

Il n’y a, selon moi, pas de plus grands plaisirs que de consommer de la nourriture provenant directement de ma cours. Donner du temps, de l’attention et de l’amour à un animal ou à notre jardin, pour ensuite en consommer les fruits, c’est quelque chose de tellement simple, mais également franchement gratifiant!

Une simple poulette qui se promène tranquillement et qui, en échange de quelques heures par semaine, nous offre un déjeuner frais tous les matins! Dans la recherche de simplicité qui s’opère dans plusieurs ménages, rien n’est plus représentatif!

Quand on se met à s’intéresser d’un peu plus près aux volailles, on constate assez rapidement la grande panoplie de races, de couleurs et d’utilités qu’offrent les poulettes de nos basses-cours!

La plus populaire et non la moindre, la docile et attachante poule rousse. Celle qu’on appelle aussi la poule rouge ou brune, est la championne des pondeuses! Elle est issue d’un croisement qui la rend résistante et productive. Dès ses 20 semaines, on peut s’attendre à un œuf par jour pour toute la belle saison. Mais attention, la poule rousse peut aussi se montrer peu accueillante avec ses nouvelles consœurs. Nous traiterons d’ailleurs de la meilleure manière de bien procéder à l’intégration des nouvelles venues dans un prochain article. 

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Dans la catégorie des poules qu’on appellent « commerciales », on retrouve également l’alerte Leghorn blanche. C’est une poule élancée et plutôt craintive. Malgré tout, c’est une bonne pondeuse et elle est amicale avec les autres poules. Parfois, les couvoirs nous offrent aussi la possibilité de se procurer la calme et docile Plymouth rock barré, aussi appelé la grise.  On retrouve aussi parfois la poule colombienne, qui présente un plus fort calibre que ses semblables et pourrait donc être utilisée comme poule dite à 2 fins : la ponte et la chair

Si on se tourne vers les races de poules un peu plus fantaisistes, on retrouve en première place selon moi, la petite et douce poule soyeuse. Dotée d’une peau complètement noire et de plumes blanches ressemblant plutôt à du poil, c’est la championne auprès des enfants! Elle est en effet, très calme, de petit calibre et grandement amicale. Ici, il n’était pas rare de voir mes enfants les promener en poussette sur le terrain! C’est une poule plutôt décorative, puisqu’elle n’offre pas une ponte régulière. Elle pond par contre sur plusieurs années, de beaux petits œufs beiges. Elle n’est pas particulièrement adaptée à nos grands froids et demande donc un environnement à l’abris durant l’hiver.

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

De plus en plus à la mode, avoir des œufs colorés dans son panier, a quelque chose de magique! Plusieurs teintes de bleus et de verts peuvent être offertes par les poules Ameraucana et Olive Egger. Ce sont des cocottes amicales, résistantes et on peut s’attendre 1 œuf par jour ou aux deux jours sur plusieurs années!

Dans la catégorie des poules dites du patrimoine, on retrouve notre Chantecler. Nous avons de quoi en être très fiers, puisqu’elle a été créée ici même, au Québec, par le frère Wilfrid de l’Abbaye d’Oka. Elle est rustique, adaptée à notre climat et présente à la fois une bonne ponte et une bonne chair.

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Comme vous le constatez, malgré la popularité de la bonne vieille poule rousse, ce n’est pas le choix qui manque quand on commence à vouloir à diversifier son poulailler. Une infime partie vous a été présentée ici, mais faites vos recherches! Si vous êtes débutants, votre meilleur choix reste bien sûr de commencer par les poules standards, afin de bien intégrer les soins inhérents aux volailles. Une tournée le matin, eau fraiche, nourriture en quantité suffisante, un environnement propre! À recommencer le soir et peut-être même durant la journée selon vos installations. Mais vous verrez, que bien assez vite, l’envie vous prendra d’ajouter de nouvelles venues à votre poulailler! Parole de « femme aux poules »!

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn
Article écrit par :
Audrey Nadeau, La Couvée Colorée

 « D’aussi longtemps que je me souviennes, j’ai toujours eu une passion pour les animaux. » Toute jeune, Audrey Nadeau rêvait d’une vie entourée d’animaux. Rêve qu’elle réalise depuis plusieurs années avec son conjoint Simon en ayant une ferme laitière, des chevaux, un âne, des cochons, des lapins, des oies, des dindes et énormément de poules. Loin de se proclamer experte, elle partage son expérience de la ferme et son quotidien via son compte Instagram. Pour la suivre: @musicandfarming sur Instagram.

Share This